Histoire des droits d’usage dans la montagne de La Teste

Histoire des droits d’usage dans la montagne de La Teste

par Fernand LABATUT

Droits usageCliquez sur l’image pour télécharger l’ouvrage entier au format pdf

PRÉAMBULE

AUX SOURCES DU CLIVAGE USAGER

DANS LE CAPTALAT DE BUCH

 

Les usages de la Montagne dans le Captalat de Buch résultent d’une situation juridique unique en France. De­puis plus d’un demi-millénaire, deux catégories d’usagers (ayant-pins et non ayant-pins) sont assujetties l’une à l’autre et s’affrontent encore dans un conflit d’intérêts dont la survivance confère à cette situation une actualité brû­lante.

L’ÉNIGME USAGÈRE

On ignore les circonstances dans lesquelles certains usagers, au-delà d’une situation communautaire égalitaire dans la Montagne, ont pu devenir des tenanciers (tenans pins) dans le massif forestier qui demeurait cepen­dant ouvert à l’usage de tous les habitants des trois parois­ses de la seigneurie, La Teste, Cazaux et Gujan.

Lire la suite

Gujan en 1804

Gujan en 1804, vu par l’instituteur Dailleau et le notaire Dunouguey

 

Le 28 Fructidor an 11 (août 1803) le préfet de la gironde envoyait au citoyen Dail­leau, instituteur à Gujan la circulaire suivante :

« Citoyen

On vous désigne comme très capable de répondre aux questions que renferme le tableau ci-joint. Votre zèle pour le bien public égale, dit-on, vos lumières. Vous allez en fournir la preuve.

Vous savez que chaque département doit faire sa statistique et l’adresser au gouvernement. Divers obstacles ont retardé jusqu’ici cette importante opéra­tion ; le principal est le défaut de sujets capables d’en fournir les éléments. Cette difficulté n’existera point dans votre commune ; puissé-je trouver ailleurs les mê­mes ressources !

Lire la suite

Accident de chemin de fer à Gujan-mestras en 1898

Accident de chemin de fer à Gujan-Mestras en 1898

 

Avenir d’Arcachon N° 2435 du 2/10/1898

Accident de chemin de fer – Dans la nuit du dimanche 25 septembre le train du soir, partant à 10 heures 15 de Bordeaux, a tamponné en gare de Gujan le train qui part d’Arcachon à 10 heures 50 et qui était garé pour laisser passer l’autre. L’accident qui se produisit à 11 heures 10, résulte d’une fausse manœuvre de l’aiguilleur. A toute vitesse, le train de Bordeaux aborda le train d’Arcachon, qui nous l’avons dit, était arrêté et les deux machines télescopèrent.

Dans le train de Bordeaux ne se trouvaient que sept voyageurs ; et onze dans le train venant d’Arcachon ; ce dernier ne contenant que le reliquat des voyageurs, que n’avaient pas emporté les précédents trains de plaisir, qui jusqu’à dix heures étaient partis bondés d’Arcachon.

Lire la suite

Le vieux cimetière de Gujan-Mestras

LE PATRIMOINE FUNÉRAIRE DE GUJAN-MESTRAS

LE CIMETIÈRE DE L’ÉGLISE

 

Le patrimoine funéraire, tout en suscitant un intérêt incontestable – notamment auprès des généalogistes, est, pour de multiples raisons, particulièrement menacé. L’exploration archéologique et l’étude des nécropoles les plus anciennes se heurtent, on le sait, aux problèmes posés par leur emprise foncière, souvent relativement étendue, ce qui est source de conflits avec les aménageurs.

En Pays de Buch, les remarquables résultats des fouilles conduites à La Teste-de-Buch, sous la direction de Philippe Jacques, autour de l’église Saint-Vincent, sur le site du plus ancien cimetière testerin connu, doivent interpeller les autorités locales.

Lire la suite

Le parc de la Chêneraie jadis, naguère et maintenant

Le Parc de la Chêneraie jadis, naguère et maintenant

Petit rappel1

Le premier juin 1834, le Roi Louis-Philippe autorisa l’avo­cat bordelais Boyer-Fonfrède à creuser un canal « à ses frais, risques et périls » entre le lac de Cazaux et le Bassin d’Arcachon2 Ce canal traverserait la plaine de Cazaux sur des lan­des vendues à Nézer en 1766 et devenues, en 1828, la propriété conjointe de Bessas-Lamégie et de Gaullieur-L’Hardy. Ce der­nier céda à l’avocat la bande de terrain (14 km de long par 92 m de large) nécessaire à l’exécution de cette entreprise.

Lire la suite

Le clergé du Pays de Buch de 1789 à 1801 (1)

LE CLERGÉ DU PAYS DE BUCH DE 1789 À 1801

PREMIÈRE PARTIE

(résumé des événements à l’échelon national et départemental)

 

La Révolution, qui versa rapidement dans l’antichristianisme et l’anticléricalisme, se montra dans ses débuts, tout au moins officiellement, respectueuse de la religion.

Le registre de la municipalité établie à La Teste de Buch, le 6 septembre 1789, fut ouvert « au nom de Dieu » et l’acte de Constitution de la municipalité est précédé du préambule suivant : « O Dieu, protecteur des droits sacrés de l’Homme, nous t’invoquons. Il est juste de te rendre hommage des biens inestimables que ta bonté nous dispense… etc »1.

Lire la suite

La Compagnie agricole et industrielle d’Arcachon

[print-link]

La Compagnie agricole et industrielle d’Arcachon

 

Son existence fut brève : créée en février 1837, en décembre 1846 elle était dissoute.

L’ingénieur des travaux publics Brémontier, à qui l’on doit la fixation des dunes littorales, écrivait dans un rapport à la fin du XVIIIe siècle : « Il est peu de personnes qui n’aient entendu parler des landes de Bordeaux ; il en est beaucoup qui ont été trompées dans leurs spéculations sur le produit de leur culture et qui n’ont appris à les apprécier que par une expérience qui a toujours été funeste au plus grand nombre.

Lire la suite

Confirmation à Gujan par le cardinal Lecot en 1906

 

CONFIRMATION À GUJAN PAR LE CARDINAL LECOT EN 1906

 

Le lundi 12 novembre, un froid brouillard couvrait les bords du bassin d’Arcachon. Après une journée de fatigue, mais aussi de consolations, Son Éminence quitte le matin le presbytère de La Teste ; la Confirmation doit avoir lieu à Gujan.

Le cardinal est accompagné de M. le chanoine Faure et de M. le doyen Matignon. En l’absence de Mgr Berbiguier, M. le chanoine Faure remplissait les fonctions de grand vicaire ; il y apporta une aimable compétence : l’honneur n’était pas au-dessus du mérite. M. le doyen avait la douce obligation d’assister, dans une paroisse toujours heureuse de le revoir, un Archevêque qui l’honore d’une juste estime.

Lire la suite